Très Haut Débit, UFC Que Choisir dénonce le Plan du Gouvernement

L’UFC-Que Choisir a publié le mardi 26 septembre un rapport qui dénonce la fracture numérique croissante en France au niveau des accès à Internet. L’association réclame une révision du plan France Très Haut Débit et de mettre la priorité sur les zones rurales.

Une étude conduite par l’UFC-Que Choisir vient actualiser les données du problème, en s’attardant sur la transition vers le très haut débit. L’association pointe ainsi le fait que le meilleur du très haut débit est accessible pour moins de 1 % des habitants en Creuse ou en Dordogne, alors qu’il l’est pour plus de 90 % des habitants à Paris ou dans les Hauts-de-Seine .

Or, l’association pointe qu’un peu plus d’un internaute français sur dix (11,1 %) n’a même pas accès à Internet de qualité, c’est-à-dire un accès au réseau suffisant pour profiter de certains usages, comme la visiophonie (on ne parle même pas d’un accès à la télévision en 4K).

Pour ces internautes, la ligne Internet n’est pas en mesure de délivrer un débit supérieur à 3 Mbit/s. Un seuil qui n’a pas été choisi au hasard, puisque celui-ci

L’association plaide pour que l’État cesse de faire de la fibre optique jusqu’à l’abonné le totem du très haut débit. Il faudrait plutôt qu’il consacre ses ressources financières à une réduction rapide de la fracture numérique en permettant à tous de bénéficier d’un Internet de qualité .

En attendant, compte tenu de ses constats désolants<, l’UFC-Que Choisir demande plusieurs choses : outre la réorientation du plan France Très Haut Débit pour s’éloigner du tout (ou presque) en fibre optique vers un mix technologique (4G, Satellite), elle suggère aux opérateurs, à l’État et aux collectivités territoriales de faire des efforts supplémentaires en investissement afin de se rapprocher des objectifs définis par le plan.

Source : http://www.numerama.com/politique/292579-tres-haut-debit-lufc-que-choisir-denonce-le-plan-chimerique-du-gouvernement.html

RETOUR EN HAUT DE PAGE