Fin des zones blanches : l’Arcep a fourni des précisions sur l’accord des 4 grands opérateurs sur la 4G

Julien Denormandie, secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, a fait savoir à l’occasion d’une interview donnée au Journal du Dimanche le 14 Janvier 2018 que le gouvernement a mis en place un accord avec les opérateurs téléphoniques du pays dans lequel ils s’engagent à éliminer les fameuses « zones blanches », qui sont les zones du territoire métropolitain non ou très mal couvertes par le réseau mobile. Pour y arriver, chaque opérateur devra assurer en moyenne 5 000 installations supplémentaires de pylônes et antennes relais. Au global, cela nécessite pour les opérateurs de faire « 3 milliards d’euros d’efforts financiers supplémentaires ».

Sébastien Soriano, président de l’Arcep, a apporté des précisions sur cet accord. Il reconnaît ainsi qu’il reste une liste de points à préciser, notamment du côté du calendrier, mais aussi des sanctions encourues par les opérateurs dans le cas où ils ne respecteraient pas les termes de cet accord.

 En réalité, le calendrier de cet accord ne s’arrête pas en 2022. Le gouvernement a pour l’heure fixé un calendrier prévisionnel établissant la couverture d’un maximum de 600 zones par opérateur en 2018, 700 en 2019, 800 en 2020, 2021 et 2020, et enfin 600 zones supplémentaires par an au-delà.

Les opérateurs devront proposer dans ces zones une offre d’accès à Internet fixe par le biais d’une box 4G qui devra être généralisée sur l’ensemble des sites, et à 100% dans les zones blanches uniquement « centre-bourgs » d’ici 2022.

  1. VOTRE MAISON CONNECTÉE

    DE NOMBREUSES TECHNOLOGIES Qui feront vous sentir en sécurité dans votre maison… Grâce à votre ...
RETOUR EN HAUT DE PAGE